3 astuces pour réutiliser et faire du bien aux océans

Journée mondiale du recyclage

3 astuces pour réutiliser et faire du bien aux océans

Pourquoi réutiliser nos objets du quotidien et faire du bien aux océans ?

Aujourd’hui, on estime que 30% des déchets retrouvés en mer proviennent des ménages. 

A l’occasion de la journée mondiale du recyclage, le Grand Aquarium de Saint-Malo vous donne quelques astuces à appliquer au quotidien pour sauvegarder nos océans et leurs écosystèmes.

1. Une alternative aux bouteilles en plastique

Pourquoi donc ? Les bouteilles en plastique sont les déchets qui polluent le plus. Seule la moitié des bouteilles est recyclée en France chaque année. L’autre moitié a de fortes chances de se retrouver dans l’océan, où elle mettra 450 ans en moyenne à se dégrader.

On estime que 9 millions de tonnes de déchets plastiques se déversent dans les mers et les océans chaque année. La grande majorité de ce plastique se retrouve flottant sur la surface mais une partie se décompose en microplastiques et coule dans les profondeurs. La décomposition du plastique est un phénomène très lent, qui peut prendre plusieurs centaines d’années. Comme ce phénomène est très long, il en résulte une accumulation de plastique dans les océans.

Que faire ? Privilégier les bouteilles réutilisables.
 

2. Oui à la technologie mais de façon réfléchie

Pourquoi ? Il est important de bien recycler les piles, les lampes et les appareils électroniques. En effet, tous ces déchets contiennent des substances extrêmement dangereuses pour l’environnement et les écosystèmes aquatiques comme le mercure, le plomb ou l’arsenic. Selon un rapport de l’ONU, 53,6 millions de tonnes de déchets d’équipements électroniques ont été jetés en 2019.

Les métaux lourds vont être incorporés au phytoplancton, à la base de la chaine alimentaire marine. On retrouvera ces traces de métaux lourds dans les tissus et le squelette de nombreux animaux. Un problème de santé publique ? Nous mangeons nous même ces animaux qui peuvent être contaminés.
Pour contrer ce fléau, la France a appliqué dès 2006 des normes de recyclage pour ces déchets. Pour financer ce recyclage, cela se traduit par une écotaxe (ou écocontribution), appliqué sur chaque achat d’un appareil électronique et présent en bas de la facture.

Que faire ? Vérifier la provenance et la composition des produits. Dès que possible, réparer au lieu de jeter. Sinon, déposer ses appareils en déchèterie ou les rapporter chez leurs distributeurs qui ont l’obligation de les reprendre pour l’achat d’un appareil neuf.


3. Consommer responsable

Pourquoi ? Beaucoup de produits issus de la grande distribution contiennent des déchets extrêmement nocifs pour l’environnement. C’est le cas notamment des dentifrices, produits cosmétiques et même de nos vêtements. Ces produits peuvent contenir des éléments polluants issus de la pétrochimie et vont se retrouver dans l’océan via les eaux usées. Beaucoup de ces particules sont non biodégradables et sont des polluants aquatiques.

La crème solaire est un exemple très parlant pour illustrer la dangerosité des cosmétiques pour l’océan. Les produits chimiques présents dans ces crèmes, dont l’oxybenzome fait partie, vont s’intégrer aux coraux et provoquer leur blanchissement. Cela est dû au fait que l’oxybenzome va perturber le cycle de développement et la reproduction des coraux. Aujourd’hui ce sont des récifs entiers et tout leur écosystème qui sont menacés. 

Exemple de produits nocifs : polypropylène, polyméthacrylate de méthyle, polyuréthane.

Que faire ? Consommer moins, mais mieux en privilégiant des produits de qualité. Réduire le nombre de produits cosmétiques et d'entretien ou bannir les produits qui contiennent des substances nocives. Privilégier l'économie circulaire et raisonnée.

Je veux m'impliquer concrètement 

Contribuez à la sauvegarde des océans par des actions simples et concrètes près de chez vous avec notre super partenaire The SeaCleaners !

The SeaCleaners est un organisme à but non lucratif oeuvrant contre la pollution plastique des océans et actif sur de nombreux fronts : sensibilisation et promotion de la prévention, partage des connaissances scientifiques, accélération de la transition vers une économie circulaire et collecte des déchets sur terre et en mer.

Lors du World CleanUp Day, le 19 septembre 2020, le Grand Aquarium de Saint-Malo s'est associé à The SeaCleaners pour une action de sensibilisation et de ramassage des déchets au coeur de la ville de Saint-Malo. Lors de cette collecte, 100 kg de déchets ont été ramassés en ville dont 60 kg de plastique non recyclable, 2 bennes côté port (cordage, câbles de pêche, pneus, outils et équipements de pêche) et près de 14 000 mégots de cigarettes.

Parmi les actions menées par The SeaCleaners, un projet d'envergure et inédit nommé Manta : la construction d'un voilier géant capable d'intervenir rapidement partout dans le monde, aussi bien dans les embouchures des fleuves les plus polluants que dans les zones marines polluées suite à une catastrophe naturelle ou climatique. Il assurera 4 missions complémentaires : la collecte et la valorisation des déchets, la prévention et la sensibilisation, la recherche scientifique et la promotion de l'économie circulaire.

En savoir plus sur The SeaCleaners.